Des attaques «ad feminam» contre ma cama Christine

Des attaques «ad feminam» contre ma cama Christine

Comme tu t’en doutes valèt, c’est du latin. Et ma cama Christine Defraigne, la Première échevine de Liège, le latin, elle maîtrise. Et, en bonne échevine de l’égalité femmes-hommes qu’elle est, attaquée de toutes parts pendant sa campagne pour la présidence du MR, elle a donc décidé de modifier quelque peu l’expression originale.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour 7€/mois pendant 6 mois. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Accédez à l'ensemble des articles et services de votre région pour 7€/mois

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Nouvelle Gazette ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct